Catégories: Politique canadienne

Refus global

Refus global

Paul-Émile Borduas
Montréal, milieu des années 1940. Le gouvernement de Maurice Duplessis mène le Québec de manière rigide et autoritaire. Appuyé par l’intelligentsia du clergé et par les grands de l’entreprise privée, Duplessis prône le conservatisme et l’attachement aux valeurs traditionnelles catholiques. Pourtant, malgré la «Grande Noirceur», «des consciences s’éclairent au contact vivifiant des poètes maudits» et les signataires de Refus global sont parmi les premiers à sonner l’heure du réveil.