Collaborateurs

Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-Dubois

Militant politique et auteur, Gabriel Nadeau-Dubois est titulaire d’une maitrise en sociologie de l’Université du Québec à Montréal. Son premier essai de pensée politique, Tenir tête (Lux Éditeur), a été salué par la critique et lui a valu le Prix littéraire du Gouverneur général en 2014. Il est l’initiateur du mouvement citoyen Faut qu’on se parle, qui a donné lieu à un livre, Ne renonçons à rien, aussi publié chez Lux Éditeur. Il sera le candidat de Québec solidaire à l’élection complémentaire dans le comté de Gouin.

Collaborateurs

Afficher tout +

Du même auteur

Categorie

Dossier - 15 visions du travail en 2015

Il y a peu de sujets aussi vastes que le travail. L’aborder, c’est inévitablement être confronté à des enjeux à la fois économiques, sociologiques, philosophiques, technologiques et environnementaux. Et puis il change, le travail. Affecté par des transformations tant techniques que sociales, il est en constante évolution.

Categorie

Comment faire du syndicalisme à l’ère du chacun pour soi?

Loin d’avoir été affaibli par l’effondrement de la finance mondiale, en 2008, le néolibéralisme en est ressorti plus fort que jamais—avec les conséquences désastreuses que l’on connait pour le Québec. Comment se fait-il que le mouvement syndical ait été incapable de tirer profit de cette conjoncture historique? Gabriel Nadeau-Dubois émet ici quelques pistes de réflexion, tirées de son texte paru dans Renouveler le syndicalisme. Pour changer le Québec (Écosociété, 2015).

Categorie

Dossier Croire

Comment garder foi en la politique, en 2017? Comment rester convaincus que les choses peuvent être faites autrement? Comment croire en l’amour, malgré tout? Comment continuer à imaginer l’avenir, jour après jour? Voici quelques unes des nombreuses questions que nous soulevons dans ce dossier thématique de 50 pages.

Categorie

Croire en la démocratie, au-delà du populisme

Considéré dans ce texte: La démagogie. Les conséquences de 40 ans de néolibéralisme. L’élection de Donald Trump et la campagne de Bernie Sanders. La supposée ère postfactuelle. La force de l’action collective et sa nécessité.