Magazine / Nouveau Projet 12 / Les grands essais

Pensées pour moi-même, livre 2

Mélange de questionnements, de réflexions et d’exercices, les Pensées de l’empereur romain Marc Aurèle ne devaient pas être lues par d’autres. Dans ces aphorismes rédigés en grec entre 161 et 180, nous retrouvons un homme qui cherche à se comprendre et à saisir le sens du monde, aspirant à conduire son existence de manière à éviter les douleurs inutiles, les vaines luttes contre le hasard, contre l’ordre des choses et contre tout ce qui échappe au contrôle.

Marc Aurèle & Véronique Grenier Nouveau Projet 12

Pensées pour moi-même, livre 2

La brièveté de la vie. L’ordre du monde. Se sentir comme l’émanation de quelque chose de plus grand que soi. Le bonheur. L’élan. Les livres et les poètes. Mourir sans murmures, apaisé, avec la vérité en partage.

Extrait

Tout ce que je suis, c’est une misérable chair, avec un faible souffle; mais il y a aussi plus en moi: le principe directeur de tout le reste. Renonce aux livres; ne tarde plus un instant, ce délai ne t’est plus permis. Comme un homme déjà en passe de mourir, méprise la chair : sang et poussière, petits os, tissu léger de nerfs et entrelacement de veines et d’artères. Examine aussi ce qu’est le souffle: du vent qui n’est pas toujours le même, car tu le rends à tout moment pour en avaler du nouveau. Il te reste, en troisième lieu, le principe directeur. Pense à ceci: tu es vieux; ne te permets plus d’être esclave, d’être lacéré par un instinct désordonné, de te révolter contre ta destinée, de t’aigrir contre ton sort actuel ou d’appréhender celui qui doit venir. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 12

Catégories

Afficher tout +