Suppléments

Nos Signets

Semaine du 6 février 2017.

Nos Signets

L’art de dire de la bullshit, une carte des langues du monde ou les bienfaits des livres: petit échantillon de ce qui a retenu notre attention cette semaine. 

Bonne lecture.

— 

Publicité

Pendant le Superbowl, quelques publicités en ont profité pour envoyer des messages politiques. Elles ont toutes été diffusées par Fox News dans leur intégralité, sauf une, jugée trop polémique, qui fait référence au mur. On suit le difficile périple d’une maman et sa fille pour atteindre les États-Unis par le Mexique. La voici.

Lien

Deuil

Prendre un selfie avec la dépouille au salon funéraire? La Presse+ observe ce phénomène grandissant.

Bullshit

«L’un des traits les plus caractéristiques de notre culture est l’omniprésence de la bullshit», dénonçait il y a près de 30 ans le philosophe Harry Frankfurt, qui s’inquiétait que «dans la sphère politique, la répétition puisse triompher de la réalité». Andrew Potter et Joseph Heath ont livré une brillante analyse de ce phénomène dans le tout premier numéro de Nouveau Projet. Ils y prônaient le retour à une «slow politics». Une relecture qui s’impose, en ces temps de «post-vérité».

Radicalisation

«En 2017, parmi les appellations piégées qui ruinent le langage et rongent la pensée, celle de "radicalisation" occupe sur le plateau du Scrabble idéologique la case du mot compte triple.» Analyse sémantique d’une notion confuse, à lire sur le site du Monde diplomatique.

Langues

Sorte de Wikipedia des langues, la carte interactive Localingual permet de découvrir la diversité des langues et des accents des régions les plus reculées du monde. Comment? En mettant à contribution les citoyens, qui sont invités à enregistrer, dans un extrait sonore, quelques mots d’usage. Comme tout projet collaboratif, des trolls se sont amusés à publier quelques vulgarités (y a qu’à fouiller dans la fiche sur Montréal pour le constater) mais le concept est aussi divertissant que fascinant. Un bon potentiel de procrastination.

Lien

Livres

«Les livres exigent notre attention. Ils imposent de mettre brièvement nos croyances et préjugés de côté afin d’écouter quelqu’un d’autre. Vous avez beau vous mettre en colère contre un livre, griffonner dans la marge ou même le lancer par la fenêtre. Mais vous ne pourrez changer les mots sur la page.» Pourquoi les livres permettent de devenir de meilleurs humains et de comprendre petites et grandes questions de la vie? À lire dans le Wall Street Journal.

Lien

Avec la collaboration d’Émilie Folie-Boivin et Judith Oliver.

Partager
Numéro courant
RétroProjecteur

Catégories

Afficher tout +