Magazine / Nouveau Projet 01 / Actualité

Retrouver la raison

Dominée par la fabulation et l’émotivité, soumise aux diktats de l’information en continu et des clips de 30 secondes, la politique semble avoir perdu la raison. Dans ce texte écrit expressément pour Nouveau Projet, Joseph Heath et Andrew Potter présentent leur solution pour que notre univers politique retrouve la raison: le «slow politics».

Joseph Heath & Andrew Potter Nouveau Projet 01

Retrouver la raison

Dominée par la fabulation et l’émotivité, soumise aux diktats de l’information en continu et des clips de 30 secondes, la politique semble avoir perdu la raison. Dans ce texte écrit expressément pour Nouveau Projet, Joseph Heath et Andrew Potter présentent leur solution pour que notre univers politique retrouve la raison: le «slow politics».

Extrait

Mis ensemble, ces développements ont eu un effet transformateur sur notre culture politique. «Omniprésence et répétition», comme l’a formulé George Monbiot, agissent comme un «bélier» sur l’esprit rationnel. Une fois que quelque chose entre dans le cycle des nouvelles, on peut compter sur le fait que cette chose sera répétée un très grand nombre de fois, et chaque répétition consolidera une association qui se construit progressivement dans l’esprit du téléspectateur. Pour les politiciens, cette combinaison de vitesse, de condensation de l’information et de répétition signifie qu’aucune attaque ou critique ne peut être laissée sans réponse pour une période de temps moindrement longue. Plus longtemps une attaque est maintenue dans le cycle sans qu’on vienne y intercaler une réponse, plus elle est répétée et plus rapidement elle vient se loger dans le cerveau du public comme si c’était un fait. Ce n’est pas qu’une idée reçue lorsque les commentateurs et les critiques se plaignent de l’accélération de la politique dans notre société. Il ne suffit plus, pour un politicien, d’avoir un comité de conseillers pour réfléchir à la manière de réagir à une attaque. Il est devenu nécessaire d’avoir un «centre de crise» permanent, prêt à se mettre dans un état d’alerte élevée au moindre signal. Qui plus est, l’objectif ne peut plus être d’établir la vérité; ce qui importe est simplement de «faire passer le message». Lorsqu’il n’y a que très peu de temps pour réagir, il va sans dire qu’il n’y a pas de temps pour penser, encore moins pour développer une réponse complexe. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +