Magazine / Nouveau Projet 02 / Le nouvel urbanisme

Les lignes de désir: laisser l'urbanisme se développer au gré des envies des citoyens

Trop souvent, les espaces urbains sont planifiés de manière expéditive, et leur design, trop rigide ou théorique, ne prend pas en compte les habitudes des citoyens. Heureusement, certains concepteurs prennent le temps d’étudier les comportements des usagers pour humaniser et rendre plus habitables les espaces urbains. Ils se tournent pour cela vers ce qu’on appelle les lignes de désir.

Gabrielle Immarigeon Nouveau Projet 02

Les lignes de désir: laisser l'urbanisme se développer au gré des envies des citoyens

Considéré dans ce texte: Les aménagements urbains et leur rigidité. La revitalisation des quartiers. L'envie du passant de couper à travers champs. Le nouvel urbanisme.

Extrait

Tout aussi poétiques que leur nom, les lignes de désir se dessinent dans l’espace urbain au gré des envies des citoyens. Tracés intuitifs laissés dans la pelouse, la terre ou la neige par des piétons qui préfèrent ne pas emprunter les espaces formels, les lignes de désir signalent un besoin du marcheur urbain non comblé par les urbanistes. Les lignes de désir prennent l’allure de lignes de revendication. À Montréal, entre le Plateau-Mont-Royal et Rosemont—La-Petite-Patrie, par exemple, des dizaines de personnes empruntent chaque jour les passages illégaux traversant la voie ferrée, s’entêtant à ignorer les clôtures érigées par le Canadien Pacifique (CP) malgré le risque de se voir remettre une contravention frôlant les 150$. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +