Magazine / Nouveau Projet 02 / Dossier quel progrès?

Vivre après l'apocalypse

L’obsession de notre époque pour une fin du monde imminente, ou à tout le moins inévitable, semble sonner le glas des espérances dans le progrès. Sommes-nous trop occupés à évaluer les risques des crises écologiques, climatiques ou nucléaires pour nous demander ce que serait un monde digne d’être vécu?

Michaël Foessel Nouveau Projet 02

Vivre après l'apocalypse

Considéré dans ce texte: L'obsession de l’apocalypse et le catastrophisme. Le triomphe de l'hygiénisme. Le progrès, les Lumières, la science et la technique. L'expérience et la biodiversité.

Extrait

Lorsqu’on cherche à représenter la fin du monde, le plus important est de bien choisir l’image finale. La dernière scène de Melancholia de Lars Von Trier, l’un des nombreux films apocalyptiques de ces dernières années, montre deux sœurs et un enfant abrités sous quelques branches de bois, dans l’attente de la collision entre la Terre et un astre errant. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +

À lire aussi

Aucun article