Magazine / Nouveau Projet 03 / Essai

L’homme sans volonté

La procrastination est irrationnelle: elle implique de remettre à plus tard une action que nous devrions poser maintenant, en sachant très bien que nous allons le regretter. Pourquoi procrastinons-nous, alors? Devons-nous accepter la procrastination comme une propriété intrinsèque à la nature humaine, ou pouvons-nous la combattre?

Jocelyn Maclure Nouveau Projet 03

L’homme sans volonté

Considéré dans ce texte: L’art de la procrastination structurée. La conception «Rocky Balboa» de la volonté. L’incontinence. Le rapport tendu entre notre «soi présent» et notre «soi futur». Le chant des sirènes. La productivité personnelle.

Extrait

Je vois par la fenêtre de mon bureau la neige qui s’accumule sur mon vélo presque neuf et sur la poussette avec laquelle je vais faire du jogging avec les enfants. J’ai formé l’intention de les remiser pour l’hiver en octobre dernier. Me sachant, sans doute inconsciemment, en proie à la procrastination lorsqu’il s’agit de ce genre de tâches, j’ai heureusement eu la présence d’esprit de les recouvrir d’une toile. Pas idéal, mais mieux que rien. Sur ma liste des choses non urgentes à faire, ranger la poussette et le vélo sont juste au-dessus d’aller faire les prélèvements sanguins que mon médecin m’a prescrits il y a près d’un an, et de faire le ménage dans les boites de textes que je n’ai pas ouvertes depuis 2004. Le doyen de ma Faculté a déjà eu, après plusieurs rappels bienveillants, à brandir la convention collective pour me motiver à rendre mon rapport annuel d’activités. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 16

Catégories

Afficher tout +