Magazine / Nouveau Projet 03 / Reportage

Si le vent est bon

L’anguille n’est peut-être pas le poisson le plus attachant, mais sa pêche se pratique depuis des millénaires au Québec. Cette activité est cependant gravement menacée, même si une poignée de pêcheurs dévoués tentent de perpétuer la tradition. Nous sommes allés à la pêche avec eux.

Samuel Mercier Nouveau Projet 03

Si le vent est bon

Considéré dans ce texte: La pêche à l’anguille. Sigmund Freud et les gonades. La colonisation glorieuse de la Nouvelle-France. Une ouverture sur les autochtones pour ne plus reparler d’eux par la suite. Les distributeurs à eau. Aristote et les Entrailles de la Terre

Extrait

La route qui descendait vers le quai de Rivière-Ouelle a abrubtement dévoilé le fleuve Saint-Laurent, sa lumière toujours changeante et les montagnes de Charlevoix au loin. Le froid de l’automne ou le matin donnait une teinte jaune aux rayons qui perçaient les nuages, et il y avait quelque chose d’austère dans le bruit des vagues. Les poteaux de la pêche à l’anguille étaient décorés d’étranges drapeaux de plastique, de joncs et de varechs accrochés là par le courant et les marées. Au loin, on pouvait entendre les voiliers d’oies qui s’envolaient vers les terres où les chasseurs les attendaient. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 19

Catégories

Afficher tout +