Magazine / Nouveau Projet 05 / Les grands essais

J’ai tué

Blaise Cendrars & Xavier Jacob Nouveau Projet 05

J’ai tué

Considéré dans ce texte: L’horreur inhumaine de la Première Guerre mondiale. Le froid, la boue et les cadavres ridicules. Le martèlement des obus, les campagnes dévastées, la mer phosphorescente des tranchées. L’engagement du poète, quand il ne se tient pas à bonne distance du monde.

Extrait

«Le métier d’homme de guerre est une chose aussi abominable et pleine de cicatrices que la poésie», confiait Blaise Cendrars. C’est à travers l’un de ses textes—rédigé de la main gauche, à vif, dans l’urgence de raconter la violence, les tranchées et la mutilation de son bras droit—que nous soulignons le centenaire de la Première Guerre mondiale. Écrit au retour du front, J’ai tué décrit l’horreur des combats dans une prose percutante, expiatoire et éminemment moderne. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 20

Catégories

Afficher tout +