Magazine / Nouveau Projet 05 / L'analyse du langage

Le quotidien, cette épopée

On reproche aux utilisateurs du mot épique de l’employer dans des contextes qui n’ont vraiment rien de grandiose. Cette critique est-elle fondée?

Caroline Allard Nouveau Projet 05

Le quotidien, cette épopée

Une réflexion ludique autour du mot «épique» par l’auteure des Chroniques d’une mère indigne et de Pour en finir avec le sexe (Éditions du Septentrion).

Extrait

«Une vie doit-elle être “épique” pour être digne d’être vécue ? », me demandait un ami, surpris par l’usage abondant et varié que font nos contemporains dudit mot. Une rapide incursion sur Twitter semble prouver que, de nos jours, le meilleur ou le pire de la vie est épique (ou #epic), du grand écart de Jean-Claude Van Damme (« Je ne la regarderai jamais assez !!! The #Epic Split feat. Van Damme ») aux pitreries de nos animaux domestiques (« Mon chat qui roule et se casse la gueule de mon lit #épique »). — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +

À lire aussi

Aucun article