Magazine / Nouveau Projet 05 / Économie Environnementale

Porcs et pollution : le paradoxe

D’un côté, les politiques gouvernementales incitent les éleveurs de porcs à intensifier leur production. De l’autre, les ministères de l’Environnement provincial et fédéral déplorent la pollution induite par cette surproduction porcine. Portrait d’une situation paradoxale.

Pierre-Olivier Pineau Nouveau Projet 05

Porcs et pollution : le paradoxe

D’un côté, on subventionne l’industrie de la production porcine, de l’autre on donne des sanctions aux contrevenants à la loi sur la qualité de l’environnement. Petite analyse, chiffres à l’appui.

Extrait

En 1981, on comptait cinq fois moins de porcs que de Québécois. La population porcine a toutefois dépassé celle des habitants de la province en 2008, gonflée par les mesures prises par le gouvernement : tous les ans entre 1981 et 2011 (sauf à sept reprises), les producteurs porcins ont reçu une «compensation» par le biais de l’assurance stabilisation des revenus agricoles. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +