Magazine / Nouveau Projet 08 / Agriculture

Le péril rural du cinéma

Le cinéma québécois est dans le pré. Bon an, mal an, il nous offre plusieurs films dépeignant la vie en région, loin du tumulte urbain, des pannes de métro et des amphithéâtres dépourvus d’équipe professionnelle. Mais c’est une ruralité bien monolithique qu’on y dessine. Quel constat tirer de ce regard scénarisé sur les «éloignés», ceux qui habitent notre dévitalisation nationale tant médiatisée?

Nicolas Paquet Nouveau Projet 08

Le péril rural du cinéma

Considéré dans ce texte: le cinéma québécois et la ruralité. La misère magnifiée. Les grands espaces. Le patrimoine culturel des «ruraux». L’hiver kamouraskois.

Extrait

Pour la majorité des Québécois, fréquenter la ruralité se limite bien souvent à du lèche-paysages. On la regarde, on en rêve, mais on n’achète rien. Nos scénaristes et cinéastes vont-ils plus loin dans leur représentation de la réalité rurale? Dans la vaste production de films des dernières années, que peut-on tirer comme portrait de notre ruralité? — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 13

Catégories

Afficher tout +

À lire aussi

Aucun article