Magazine / Nouveau Projet 08 / Dossier

Népal: le temps de l’exode

Plus de deux millions de Népalais travaillent présentement à l’étranger. Pour subvenir aux besoins de leur famille, certes, mais aussi pour se bâtir un avenir. Laly Tamang et Amrit Lama incarnent cette génération de jeunes Népalais qui flirtent avec la servitude dans l’espoir de s’émanciper.

Sarah R. Champagne Nouveau Projet 08

Népal: le temps de l’exode

Plus de deux millions de Népalais travaillent présentement à l’étranger, notamment aux Émirats Arabes Unis. Pour subvenir aux besoins de leur famille, ils flirtent avec la servitude dans l’espoir de s’émanciper.

Extrait

Au pied d’un gratte-ciel climatisé, à Charjah, aux Émirats arabes unis (ÉAU), Laly Tamang se tient au comptoir d’une agence de transferts d’argent. Dans son anglais rudimentaire, la jeune femme demande d’envoyer 100$ à sa famille restée au Népal, à 3 000 km à l’est de là. Son menu pécule, qu’elle a amassé en trempant des frites dans l’huile dans un McDonald’s, dix heures par jour, six jours par semaine, s’additionne à celui de 230 millions de travailleurs migrants éparpillés sur la planète. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 13

Catégories

Afficher tout +