Magazine / Nouveau Projet 11 / L'histoire des mouvements sociaux

La petite Russie d'Abitibi

La collectivité avant l’individu: c’était le mode de fonctionnement prôné par la communauté de Guyenne, avant que les impératifs du capitalisme ne la rattrapent. Retour sur l’expérience originale—certains diront utopique—de cette colonie abitibienne.

Marc-André Cyr Nouveau Projet 11

La petite Russie d'Abitibi

Le spécialiste des mouvements sociaux se penche sur un épisode méconnu de l'histoire québécoise, ou comment Guyenne, une petite colonie abitibienne a décidé de se structurer en un syndicat coopératif. Dans ces terres où tout reste à bâtir, cette institution devient rapidement incontournable; c’est elle qui répartit les terres, encadre le travail et dicte la loi de la collectivité.

Extrait

Le 17 aout 1946, à 50 km au nord-ouest d’Amos, en Abitibi, des membres de la Jeunesse agricole chrétienne plantent une croix pour signifier la prise de possession du canton de Guyenne. La colonisation n’est pas un phénomène nouveau: au Canada comme aux États-Unis, elle prend une ampleur considérable après la crise de 1929. À ce moment précis, les pionniers de Guyenne ne savent certainement pas qu’ils s’apprêtent à mettre en place l’une des expériences les plus singulières de l’histoire du Québec. Grâce à leurs efforts, une colonie radicalement démocratique et égalitaire va bientôt voir le jour. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +