Magazine / Nouveau Projet 12 / Commentaire

Des femmes et des lettres

Des voix s’élèvent pour dénoncer le sexisme que subissent les femmes dans de nombreux domaines: politique, musique, gastronomie. Le milieu littéraire québécois échapperait-il miraculeusement à cette iniquité rampante?

Maude Nepveu-Villeneuve Nouveau Projet 12

Des femmes et des lettres

Les femmes dans le milieu littéraire québécois. Virginia Woolf. Les invitations à Tout le monde en parle. Les classiques qu’on enseigne à l’école. La vulnérabilité, l’amour, la bibliothérapie (ou les sujets qui ne seront jamais abordés dans une table ronde d’auteurs masculins).

Extrait

Comment proposer des livres de femmes dans un cours sur le Moyen âge ou le Siècle des lumières, alors que, croyons-nous, les écrivaines y étaient pratiquement inexistantes? Nous avons tendance à considérer que certaines oeuvres sont mineures parce qu’elles ne nous ont jamais été enseignées, et nous craignons de laisser un incommensurable trou dans la culture de nos étudiants et de nos étudiantes en les privilégiant au détriment des «classiques». Présenter la littérature française du 17e siècle sans parler de Molière ou de Racine passerait certainement pour un non-sens, alors que la plupart d’entre nous n’auraient aucun problème à ignorer Madame de La Fayette. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +