Magazine / Nouveau Projet 13 / En principes

En principes: Serge Bouchard

Serge Bouchard en six fils conducteurs: la justice, la nature, l’imaginaire, l’amour, la mémoire et l’humanité.

Serge Bouchard Nouveau Projet 13

En principes: Serge Bouchard

Le célèbre anthropologue et écrivain Serge Bouchard fait le point sur les valeurs qui guident son existence.

Extrait

1. La justice qui répare. Dans la cour de mon école primaire, j’étais du camp des justiciers. Ce parti pris m’est venu sans que j’y réfléchisse. Ce n’était rien que des petites affaires, mais à l’échelle de notre monde, la chamaille prenait des airs de grandes guerres. Je faisais la bataille aux intimidateurs qui abusaient de leur force pour s’en prendre aux plus faibles. Dans les films de cowboys, je souhaitais que Geronimo l’emporte sur John Wayne, que le chef apache parvienne à chasser la cavalerie américaine de ses terres. Le spectacle de l’injustice m’a toujours profondément indigné. J’ai été pour les pauvres contre les riches, pour l’Afrique contre le colonisateur, pour l’ouvrier contre le patron, pour la déesse-mère contre le Dieu vengeur, pour les victimes, les oubliés, les opprimés. Comment réparer un monde à ce point brisé? D’ailleurs, la rue où je faisais peur aux méchants de mon enfance s’appelait boulevard de la Réparation. 2. La nature qui console. J’ai appris la beauté en observant un arbre. Était-ce un orme, un tremble? Je ne m’en souviens plus. Mais c’était un arbre. Et l’émotion ressentie devant son écorce, ses rides, ses marques, ses blessures—la patience du bois—m’a révélé toute la complexité des chemins du temps. J’ai été bouleversé devant le fleuve, les bateaux, le ciel, les nuages, les tempêtes et les orages, les oiseaux. La beauté est devenue ma réalité. Je l’ai toujours cherchée, trouvée, dans l’ordinaire des jours, dans le camion, dans l’autobus, dans le regard des gens et leur histoire, dans les vieilles maisons, les champs minutieusement fauchés, dans l’apparition d’un animal sauvage au détour d’un sentier. Autant dire que j’ai détesté mon époque, son bâti, ses devantures commerciales, ses architectures fonctionnelles et son insipide logique de l’économie. Je me suis toujours consolé en sachant que là-bas, vers le nord, des milliards d’épinettes noires veillent à la beauté absolue. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 16

Catégories

Afficher tout +