Magazine / Nouveau Projet 13 / Mes six derniers mois

Mes six derniers mois: Valérie Plante

La nouvelle mairesse de Montréal nous raconte son dernier semestre.

Valérie Plante Nouveau Projet 13

Mes six derniers mois: Valérie Plante

La nouvelle mairesse de Montréal relate son arrivée en poste, entre autres évènements qui ont marqué son dernier semestre.

Extrait

«Est-ce que je devrais signer?», ai-je demandé à mon fils Gaël le 16 novembre, lors de la cérémonie d’assermentation qui s’est déroulée au marché Bonsecours. Debout à mes côtés, alors que je tenais la plume qui allait dicter le rythme de ma vie au cours des quatre prochaines années et qui symbolisait l’aboutissement de plusieurs mois de travail, Gaël, surpris, m’a glissé un timide «oui» à l’oreille. En cette soirée pluvieuse d’un magnifique automne que je n’ai pas vu filer, j’ai signé. Mais pourquoi ai-je signé? Pourquoi ai-je accepté ce pari fou de conduire la destinée de la métropole du Québec pour les années à venir? Je l’ai évidemment fait par conviction. Parce que j’aime profondément Montréal, parce que les enjeux municipaux m’inspirent, parce qu’en tant que citoyenne, mère et cycliste, j’avais envie de léguer une ville en santé à mes enfants. Je l’ai aussi fait par gout du défi et par intuition. Un peu plus d’un an auparavant, à l’automne 2016, j’étais attablée avec des collègues qui discutaient de la course à la direction de Projet Montréal. La conversation a soudainement pris une tournure inattendue, tant pour mon parti que pour ma ville et ma vie. «Ce qu’il manque dans cette course, c’est une femme», a dit un collègue. «Tu devrais te lancer, Valérie», a dit l’autre. J’étais donc la femme de service dans la course à la chefferie. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 20

Catégories

Afficher tout +