Magazine / Nouveau Projet 13 / L'économie environnementale

Ogres énergétiques

Le Québec est une des régions du monde les plus énergivores rapporté au nombre d’habitants. Sa consommation industrielle notamment, en raison du faible cout et de la grande disponibilité de ses ressources hydroélectriques, s'élève au-dessus de la moyenne mondiale. Seule une modification profonde de nos usages pourrait permettre de nous aligner sur le modèle plus économe des pays du nord de l’Europe.

Pierre-Olivier Pineau Nouveau Projet 13

Ogres énergétiques

Les Québécois disposent de vastes ressources en énergie, ce qui les incite à la gaspiller. Les solutions à cette surconsommation sont pourtant nombreuses. Il est peut-être temps de nous imposer une diète.

Extrait

Si le Québec était un pays, il se classerait au troisième rang mondial des nations consommant le plus d’énergie par habitant; seuls le Canada et les États-Unis le surpasseraient. Cette triste médaille de bronze s’explique en grande partie par les ressources hydroélectriques de la province: abondantes et abordables, elles ont incité certaines industries énergivores, surtout des alumineries, à venir s’installer chez nous. Divisée par le nombre d’habitants, la consommation industrielle au Québec est ainsi supérieure à la moyenne mondiale. Comme l’hydroélectricité ne produit presque pas d’émissions de gaz à effet de serre, ce n’est pas trop grave. Ce qui est plus embêtant, par contre, c’est que dès que nous portons notre regard vers l’est, sur des pays plus riches que nous tels la Norvège, la Suède ou l’Allemagne, nous apparaissons comme des ogres énergétiques, sur tous les plans. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 20

Catégories

Afficher tout +