Magazine / Nouveau Projet 14 / Le mode d'emploi

Aider nos enfants à renouer avec la nature en six étapes

Les enfants ne jouent pas assez dehors, dit-on souvent. Inquiets, les spécialistes proposent des leviers concrets pour encourager un retour au plein air, indispensable à la santé comme au développement de l’autonomie et de la créativité des plus petits.

Lisa-Marie Gervais Nouveau Projet 14

Aider nos enfants à renouer avec la nature en six étapes

Les données parlent d’elles-mêmes: en Grande-Bretagne, les trois quarts des bambins passent moins de temps à l’extérieur que les détenus; au Québec, le nombre d’élèves se rendant à pied à l’école est passé de 80% à 9% en trois décennies; et, selon la Société canadienne de pédiatrie, seulement 15% des enfants d’âge préscolaire passent moins d’une heure par jour devant un écran. Richard Louv, auteur du livre Last Child in the Woods, a mis des mots sur ce phénomène: le «syndrome du déficit nature». Nous avons rencontré des chercheurs et des enseignants qui, comme lui, ont placé la reconnexion aux grands espaces au centre de leur réflexion.

Extrait

2. LIBÉRER DU TEMPS POUR LE JEU Nos chers petits anges ne peuvent explorer le vaste monde que si on leur donne le temps et l’occasion de se l’approprier par le jeu. Pour Meghan Talarowski, directrice de Studio Ludo, un organisme américain de recherche et de design qui fait la promotion du jeu libre, les enfants sont continuellement supervisés et ont souvent de véritables horaires de premiers ministres. «Chaque jour de leur vie est planifié. Ils ne peuvent plus respirer. De quoi devenir fou… et ne pas développer son autonomie», s’inquiète-t-elle. Elle déplore la survalorisation de la productivité et invite les parents et les éducateurs à comprendre une notion élémentaire, à savoir que jouer, c’est productif. «Il y a constamment cette tension entre le jeu et l’apprentissage. Mais on peut faire les deux en même temps!» C’est aussi l’avis de Christine Bellerive. «On pense souvent que jouer dehors, c’est du temps perdu. C’est au contraire du temps de qualité, souligne la directrice. À terme, il faudra changer le calendrier scolaire et l’horaire des classes pour être plus souvent à l’extérieur», constate-t-elle. Bref, laissons-leur le temps d’être des enfants. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +