Magazine / Nouveau Projet 14 / L'histoire des mouvements sociaux

Opération dignité

Normalement caractérisées par la tranquillité de la vie rurale, de petites localités du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie se sont activement battues dans les années 1970 pour échapper à leur fermeture.

Marc-André Cyr Nouveau Projet 14

Opération dignité

Retour sur la naissance et les combats d’Opération dignité, l’organisation responsable d’un formidable mouvement social régional en marge de la Révolution tranquille.

Extrait

Sacré-Cœur-Deslandes, Saint-Jean-de-Brébeuf, Saint-Nil, Saint-Paulin-Dalibaire, Saint-Thomas-de-Cherbourg, Saint-Octave-de-l’Avenir: plusieurs de ces villages fondés dans la foulée de la crise de 1929 sont en péril. L’industrie forestière est en déclin après des décennies d’exploitation, et l’agriculture, la pêche et les mines, qui emploient la majorité des habitants de l’Est du Québec, n’ont pas été modernisées. La région est sous industrialisée et la pauvreté y gagne du terrain: «J’ai vu des familles faire cuire des épluches de patates pour nourrir les enfants», soutient Hillaire Minville, colon et trappeur immortalisé dans le film Chez nous, c’est chez nous. Devant des taux de chômage frôlant les 30%, l’exode de la jeunesse et l’érosion démographique de ces communautés (dont la plupart comptent moins de 2 000 résidents), le Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ) annonce la relocalisation des villageois. L’organisme, financé conjointement par Québec et Ottawa, estime que ces municipalités rurales engendrent trop de couts pour peu de bénéfices. Il faut rationaliser la mise en valeur du territoire. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +