Magazine / Nouveau Projet 15 / Lettre ouverte

À Gus Van Sant

En s’adressant au réalisateur Gus Van Sant, le dramaturge et scénariste Guillaume Corbeil tente de cerner ce qui permet à l’artiste de demeurer pertinent au fil de son cheminement et du temps.

Guillaume Corbeil Nouveau Projet 15

À Gus Van Sant

Dans cette rubrique, Nouveau Projet donne carte blanche à ses auteurs, l’espace d’une page.

Extrait

Après une quarantaine de minutes, je pensais m’être trompé de salle. Comment était-il possible que ce soit si mauvais ? Cette histoire racontée de manière didactique et moralisante ne pouvait pas provenir du réalisateur qui a signé «Milk». Mais le générique de fermeture a commencé et j’ai lu: «a film by Gus Van Sant». Je suis allé dans un bar à quelques minutes de là et je me suis demandé ce qui vous était arrivé. Comprenez-moi bien, si je me permets d’ouvrir ce dialogue, c’est que je vous estime énormément. J’ai adoré l’audace formelle d’«Elephant» et de «Last Days», et le storytelling de «Good Will Hunting». J’ai plutôt envie de réfléchir avec vous: comment expliquer qu’un artiste se brise, comme un grille-pain qui ne grille plus le pain? Car devant mon verre, c’est exactement ce que je me suis dit: Gus Van Sant est brisé. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +

À lire aussi

Aucun article