Magazine / Nouveau Projet 15 / Politique

L’éternel naufrage de la gauche

À propos d’une certaine responsabilité de la gauche dans la montée des populismes d’extrême droite, et des solutions à envisager. Un essai inédit de Samuel Mercier.

Samuel Mercier Nouveau Projet 15

L’éternel naufrage de la gauche

La gauche a-t-elle sa part de responsabilité dans la montée des populismes d’extrême droite? Dans cet essai inédit, Samuel Mercier se penche notamment sur le rôle qu’ont pu jouer les discours s’articulant autour de la politique des identités dans l’éclosion des mouvements sociétaux de masse des dernières années, ainsi que sur les pistes de solutions envisageables.

Extrait

Certains intellectuels, comme la philosophe politique Chantal Mouffe dans son essai «Pour un populisme de gauche», plaident pour une stratégie qui consisterait à tracer une ligne entre la masse et l’oligarchie, à dresser le peuple contreles puissants. Des députés de Québec solidaire, comme Catherine Dorion avec sa volonté ostentatoire de s’habiller et de parler «comme le vrai monde», semblent avoir adopté cette solution. Pourtant, ce genre de populisme comporte sa part de risques et de dérives. La frontière entre le peuple et l’oligarchie peut rapidement se muer en une frontière entre les peuples eux-mêmes, à un moment où la crise climatique et le système capitaliste qui l’a provoquée sont des phénomènes mondiaux. Jouer du populisme, c’est toujours risquer de perdre le contrôle de la frontière imaginaire entre le peuple et ce qui n’en fait pas partie. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +