Magazine / Nouveau Projet 15 / Histoire des mouvements sociaux

La guerre du saumon

Depuis un siècle, bon nombre de conflits ont opposé les Premières Nations au gouvernement du Québec. Les évènements de 1981 à Listuguj, en Gaspésie, ont pavé la voie à la reconnaissance des droits ancestraux des peuples autochtones.

Marc-André Cyr Nouveau Projet 15

La guerre du saumon

Retour sur les évènements de 1981 à Listuguj, en Gaspésie, après que les Mi’kmaqs eurent refusé d’obéir à l’interdiction de pêche du gouvernement québécois.

Extrait

Dans les sociétés traditionnelles autochtones, il est mal vu de tirer profit de la pêche. Le saumon offert par la nature nécessite un contre-don, un sacrifice afin de la remercier. Il faut rendre à la Terre ce que nous lui prenons, rétablir l’équilibre. En 1981, c’est à ce symbole que s’en prend avec violence le gouvernement québécois. À cette époque, les droits ancestraux concernant la chasse et la pêche des Premières Nations ne sont pas officiellement reconnus par l’État. Sous prétexte de sauvegarder le poisson, le gouvernement de René Lévesque ordonne aux Mi’kmaqs de Listuguj (anciennement Ristigouche), en Gaspésie, de cesser la pêche et de retirer leurs filets de l’eau. Les restrictions ne semblent toutefois s’appliquer qu’aux Mi’kmaqs: tout juste de l’autre côté de la rivière Ristigouche, au Nouveau-Brunswick, la pêche commerciale et sportive se poursuit. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +