Magazine / Nouveau Projet 16 / Histoire des mouvements sociaux

La lutte pour les garderies

À l’image de la lutte pour les droits des femmes, l’histoire des garderies au Québec est faite d’avancées et de reculs.

Marc-André Cyr Nouveau Projet 16

La lutte pour les garderies

Un regard rétrospectif sur un combat vieux d’un demi-siècle et sans cesse remis sur le devant de la scène: celui pour la reconnaissance dans nos sociétés de l’utilité d’un système de garde public pour les enfants d’âge préscolaire.

Extrait

Pour le Québec des années 1960, revendiquer des garderies, c’est remettre en cause l’unité de base de la nation: la famille. Le rapport Parent, considéré comme une pierre importante à l’édifice de la modernisation de l’éducation au Québec, affirme en 1964: «L’éducation familiale et ménagère doit faire partie de la formation des jeunes filles et les habituer à trouver un certain agrément esthétique et humain aux travaux de la maison.» Faire garder les enfants à l’extérieur du foyer menace surtout de briser le monopole des hommes sur le travail salarié, ce qui n’est pas sans bousculer certains messieurs, même les plus progressistes d’entre eux. En cette époque de Révolution tranquille, si le Québec se transforme à grande vitesse, les femmes doivent toutefois faire preuve de patience... En 1969, la province compte moins de 80 garderies privées soutenues à bout de bras par des employées sous-payées. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 16

Catégories

Afficher tout +