Magazine / Nouveau Projet 17 / Commentaires

La difficulté d’une révolution

Vingt ans après la parution du récit qui a lancé sa carrière littéraire, Dave Eggers a-t-il remporté son combat contre l’ironie postmoderne?

Nicolas Langelier Nouveau Projet 17

La difficulté d’une révolution

Considéré dans ce texte: «A Heartbreaking Work of Staggering Genius», de Dave Eggers. Les années 1990 et l’ironie. L’influence de David Foster Wallace. La postmodernité, la néosincérité et autres mouvements littéraires plus ou moins définis.

Extrait

Ce qu’on trouve ou retrouve à la lecture de «AHWSG», c’est une idée de ce que cela a pu représenter, d’être jeune durant les années 1990. La crainte aussi que nous avions, à 25 ans, de faire comme nos parents boomers et d’abandonner nos rêves et nos idéaux pour les charmes du confort et de la consommation—et ce, même si dans les faits nos vies étaient déjà embourbées dans le confort et la consommation: «La banalité de nos vies de classe moyenne-supérieure, si grotesquement coincées entre l’insouciante conduite en état d’ébriété de nos années d’école secondaire—ceci n’est qu’une métaphore—et la mort que représentent l’accession à la propriété et la famille, dans une zone de confort constituée de divans colorés et de lampes à lave et de tables de billard», écrit Eggers à propos de ce paradoxe (de plus). — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 17

Catégories

Afficher tout +