Magazine / Nouveau Projet 17 / Commentaires

La fin d’une histoire

Notre récit national s’élève-t-il enfin au-dessus des tranchées nationalistes et fédéralistes?

Jonathan Livernois Nouveau Projet 17

La fin d’une histoire

Considéré dans ce texte: Les cours d’histoire. Le manuel scolaire «Mémoire.qc.ca». Fernand Dumont et l’abbé Bonne-Entente. «The Walrus». Se sortir d’une rengaine.

Extrait

Maurice Duplessis, alors chef de l’opposition à l’Assemblée législative du Québec, s’insurge contre l’achat par le gouvernement Godbout de 300 exemplaires d’un livre d’histoire de l’abbé Arthur Maheux, «Ton histoire est une épopée», paru l’année précédente. L’abbé Maheux aime le Canada: archiviste du Séminaire de Québec, professeur et (plus tard) directeur de l’Institut d’histoire et de géographie de l’Université Laval, il croit que la conciliation et la collaboration sont les vertus cardinales du Canada, un pays qui a évité et évitera les drames européens en proie aux nationalismes et aux violences qui sont à l’avenant. Dans ce plaidoyer canadien (ou «canadian»), il dit vouloir utiliser l’Histoire «pour inspirer à la jeunesse la très positive notion d’égalité entre les deux groupes au Canada». — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 17

Catégories

Afficher tout +