Magazine / Nouveau Projet 18 / Commentaires

Pour un survivalisme doux

Comment faire meilleur usage des émotions au cœur de la pulsion survivaliste?

Samuel Archibald Nouveau Projet 18

Pour un survivalisme doux

Considéré dans ce texte: La fin du monde. Le survivalisme et le néosurvivalisme. Jusqu’au déclin, les preppers et les recettes apocalyptiques de Joe Beef. Le désir de catastrophe. La peur. La douceur. Arnold Schwarzenegger.

Extrait

Le survivalisme devient «mainstream» parce que nous habitons ses images depuis longtemps. Les évènements réels nous apparaissent préfigurés par la fiction. Nous avons si souvent vu le monde détruit par des cataclysmes en images de synthèse, des invasions extraterrestres ou des épidémies de morts-vivants que la Covid-19 et le réchauffement climatique activent en nous tout un théâtre imaginaire. Chaque perturbation de notre quotidien nous ramène aux modèles de résilience que sont les personnages de fiction. Entre une énième saison de la série «The Walking Dead» et le bilan des morts au point de presse quotidien, nous devenons tous un peu survivalistes malgré nous. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 18

Catégories

Afficher tout +