Magazine / Nouveau Projet 04 / Les grands essais

La prédisposition à l'étonnement

Que faire lorsqu’apparait une génération nouvelle qui nous remet en question, et qu’on réalise qu’on ne fait plus partie de «la jeunesse»? On peut se braquer. On peut la condamner. On peut se moquer de ses aspirations. Mais on peut aussi, comme le suggère André Laurendeau dans cet essai, se concentrer sur ce qu’elle peut apporter à la longue marche du progrès social.

André Laurendeau Nouveau Projet 04

La prédisposition à l'étonnement

Considéré dans ce texte: Les générations et les familles d’esprit. Les revues Cité libre et Liberté. Hubert Aquin. Les gens qui nous amusent et ceux qui nous font bâiller. L’expérience comme richesse dangereuse.

Extrait

À propos de ce texte: André Laurendeau (1912-1968) est un penseur québécois dont la probité intellectuelle et la largeur d’esprit méritent d’être rappelées à nos contemporains. Quand il publie cette chronique dans le magazine Maclean, en mars 1964, il n’est plus tout à fait un jeune homme. Il a été tour à tour disciple du chanoine Lionel Groulx et de son nationalisme traditionnel, chef des Jeune-Canada (groupe qui n’a rien de communiste, c’est le moins qu’on puisse dire) au cours des années 1930, collaborateur puis directeur de L’Action nationale de 1937 à 1943 et de 1949 à 1953, chef du Bloc populaire et député de Montréal-Laurier de 1944 à 1948, et rédacteur en chef du quotidien Le Devoir de 1957 à 1963. Les Cyniques l’ont même parodié dans un de leurs spectacles humoristiques. — Fin de l'extrait

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 14

Catégories

Afficher tout +