Nouvelles et événements

Lauréats de notre deuxième concours de récits de voyage

Une des vocations de Nouveau Projet est d’offrir une tribune à des formes littéraires qui trouvent rarement leur place ailleurs. Genre en pleine mutation, le récit de voyage reflète une aspiration forte de notre époque: tourner le dos à nos environnements trop connus pour aller à la rencontre des autres et, ultimement, de soi-même.

Lauréats de notre deuxième concours de récits de voyage

Après le succès de sa toute première édition, Nouveau Projet a récidivé en 2019 en invitant une fois de plus ses lecteurs à participer à son concours de récits de voyage. Nous publions ici les trois récits gagnants. 

1er prix

Patricia Houle, Heureuse comme un siècle qui aurait gagné et n’appréhenderait pas le drame
RUSSIE—
Lors d’un séjour d’études, une jeune écrivaine consigne dans son journal de bord ses impressions tantôt vives, tantôt troubles qui l’habitent.

Commentaires du jury: Curseur placé au max sur la licence poétique. Cette auteure découpe des scènes et des sensations qui nous rentrent dans le corps. Elle nous pénètre de ses mots, nous suspend à ses lignes, nous dérobe à l’analyse: on sent bien qu’elle s’adresse davantage à nos ventres qu'à nos cerveaux. Bravo pour cette inventivité de la langue et pour ce texte intime qui emprunte plus au registre du recueil de poésie qu’à la forme canonique du récit de voyage. C’est un gros coup de cœur.

2e prix

Laurence Olivier, Fais-moi peur
ANTICOSTI—Dans la brume putride de Fox Bay, trois campeuses cohabitent avec les fantômes des naufragés du Granicus... et les leurs.

Commentaires du jury: Départ parfait, vocabulaire pertinemment choisi, narration maitrisée qui égraine les informations dans une rythmique quasi parfaite: ce récit commence sur les chapeaux de roue et nous tient en haleine jusqu’à la fin. L’auteure fait preuve d’un solide sens du cadrage, d’une inclinaison pour l’autodérision et d’une lecture fine des personnalités.

3e prix

Mathilde Grenier, 120 heures pour voir le lac
RUSSIE—À bord du transsibérien, le jour et la nuit se confondent, comme l’odeur rance des provisions et celle des forêts d’épinettes noires qui mènent jusqu’au lac Baïkal. 

Commentaires du jury: Voici un récit de voyage archétypical (un voyage en train initiatique, postrupture) où l’auteure parvient à transcrire la part d’ennui, de désillusion, de promiscuité, de décisions rétrospectivement comiques inhérents au voyage. On ne saurait que la féliciter de ne pas s’être cantonnée au magnifique, à l’exotique, au dépaysement intérieur, mais d’avoir aussi rendu compte des aspérités et des vides.

Nous tenons à remercier tous les participants—ainsi que nos jurés Lisa-Marie Gervais, Judith Oliver et Marc Simard—et profitons de cette occasion pour annoncer la tenue d’une nouvelle édition du concours.

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 18

Catégories

Afficher tout +