Suppléments

Nos signets

Semaine du 17 décembre 2018.

Nos signets

Des «fake news» aux traditions de Noël, en passant par la transformation du corps après la mort, la rédaction nous entraine cette semaine sur des sentiers variés afin de nous aider à comprendre les perplexités toujours plus nombreuses du monde actuel.

Apprivoiser la mort

Que se passe-t-il une fois qu’on a rendu son dernier souffle? Ce balado de Nouvelles Écoutes démystifie la transformation du corps sans vie qui s’ensuit. Un sujet émotif et sensible, que chaque épisode de Mortel Podcast affronte avec aplomb.

Lien (français)

Jouer au père Noël

Pour certains, le père Noël, bien que fictif, est un phare dans la noirceur. Dans cet essai personnel du Globe and Mail, l’auteur nous rappelle toute l’humanité de ce personnage généreux et aimant en apprenant à devenir le père Noël au Santa School.

Lien (anglais)

Construire des villes autour des enfants

L’initiative de la semaine nous emmène en Albanie, où le maire de la capitale s’engage dans un plan d’urbanisme global et ambitieux, qui place les plus jeunes citoyens en tête de ses priorités. Et si les besoins des enfants étaient les meilleurs indicateurs pour construire une ville en santé, questionne CityLab?

Lien (anglais)

Définir les «fake news»

Qu’entend-on exactement par «fake news»? Si la formule est sur toutes les lèvres, sa définition ne fait pas consensus. Et comment traduire cette expression en français? Les «fake news» sont-elles bel et bien des «fausses nouvelles», comme le suggère l’Office québécois de la langue française? Les Cahiers du journalisme font le point sur ce terme plus complexe qu’il n’y parait au premier abord.

Lien (français)

Sortir les vidanges

Aussi essentiel soit-il, le travail des éboueurs est physiquement exigeant, sous-estimé et fait dans des conditions difficiles. Le Journal de Montréal s’est soumis à la collecte de déchets pendant une semaine et nous montre l’envers du décor. 

Lien (français)

Renouer avec la tradition

On accuse les millénariaux d’avoir tué bien des choses — le thon en canne, l’assouplissant, Sears. Pourtant, grâce à eux, la tradition des cartes de Noël avec photo de famille, qui remonte aux années 1850, est plus vivante que jamais. 

Lien (anglais)

Vous avez une «initiative de la semaine» ou un Signet à nous suggérer? redaction@atelier10.ca

Avec la collaboration de Vanessa Allnutt, Maud Brougère et Émilie Folie-Boivin.

 

 

 

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +