Suppléments

Nos Signets

Semaine du 11 avril 2016.

Nos Signets

Six choses qui ont retenu notre attention, cette semaine. 

Bonne lecture!

Antidote

Une femme en burn-out a fait le choix de réduire son angoisse en cessant lire les journaux, d’écouter la radio et de regarder la télé. Plus que bénéfique, cette diète médiatique qu’elle suit depuis un an lui a redonné foi en l’humanité. Un récit partagé par M le magazine du Monde.

Lien

Lexique

Des électeurs se tournent vers le dictionnaire pour trouver un peu de logique dans la présidentielle américaine. En pigeant dans les mots qu’utilisent les candidats dans leurs débats, le dictionnaire en ligne dictionnary.com a ainsi pu extraire l’essence linguistique de chacun. Si les démocrates Sanders et Clinton utilisent un langage clair, les républicains sont plus descriptifs. Et les mots les plus utilisés par Trump («nasty», «sudden», «tremendous») sont vivement émotifs, ce qui pourrait expliquer qu’il résonne autant auprès des partisans, indique le magazine The New Yorker.

Lien

Solidarité

«Cette chanson, c’est la première que j’ai entendue à ma sortie de prison», confie, tout penaud, un passager à sa conductrice. Il y a quelques heures, ils ignoraient tout l’un de l’autre, mais le temps d’un trajet, ils ont partagé des bouts de leur vie. S'il favorise la mobilité à couts partagés, le covoiturage génère aussi des espaces de brassage social et de réalisation de notre idéal solidaire.

Lien

Colère

Que faire de notre colère? Comment transformer cet élan pour qu’il devienne porteur de changements? Voilà les questions que se posent journalistes et philosophes face à un sentiment qui semble omniprésent dans la société française, dans les titres des médias comme dans les recherches Google.

Lien

Intimidation

Curieux de savoir ce que cachent les commentaires laissés sur son site, le quotidien The Guardian a constaté que la guerre des genres sévit férocement sur le web. Au fil d’une importante recherche, il a remarqué que huit des dix journalistes ayant reçu les commentaires les plus injurieux sont des femmes, et deux sont des hommes noirs. Mais aussi que c’est dans les articles rédigés par des femmes et publiés dans les sections Sport et Technologie que le journal bloquait le plus de commentaires haineux. Regard sur les conversations et l’intimidation en ligne.

Lien

Question de doigté

Enfin, on voit poindre les températures printanières. Et avant de faire un doigt d’honneur à la froideur, Arte prend deux minutes pour revenir sur ce symbole, dont l’origine serait plus phallique que contestataire.

Lien

Avec la collaboration d’Émilie Folie-Boivin, Joëlle Landry et Judith Oliver.

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 15

Catégories

Afficher tout +