Suppléments

Nos Signets

Semaine du 3 octobre 2016.

Nos Signets

Briser le cercle des suicides dans les communautés autochtones, visiter des sites abandonnés ou simmiscer parmi les membres dun gang de Chicago: petit échantillon de ce qui a retenu notre attention cette semaine. 

Bonne lecture!

Immersion

Entre violence et «drill» rap, un professeur de l’Université de Chicago raconte ses 18 mois passés avec l’un des gangs de rue les plus célèbres de la ville des vents.

Lien

Art

La poésie, la sculpture, le théâtre sont bien vivants dans les camps de réfugiés au Liban. Exutoire à la guerre et au déracinement, volonté de préserver la mémoire de leur pays, les migrants partagent leurs raisons de créer, dans la courte série L’art sous les tentes, d’Arte.

Lien

Paradoxe

On parle de développement durable et de transition énergétique mais dans le même temps, les Québécois investissent des sommes record dans la congestion explique en substance notre fidèle collaborateur Pierre-Olivier Pineau dans cet instructif article à lire dans La Presse+.

Lien

Ruines

Une papetière abandonnée dans l’Outaouais, une ancienne prison provinciale des Cantons-de-l’Est, des maisons en Beauce, une mine d’amiante, une centrale électrique en Montérégie: voilà quelques-uns des sites québécois répertoriés sur le site Urbexplayground. Des adeptes d’«Ubex» (urban exploration) et de Rurex (rural exploration) sillonnent campagnes et villes pour visiter des lieux à l'abandon.

Lien

Traitement

La journaliste scientifique Valérie Borde revient sur les vives réactions suscitées par le passage de la chroniqueuse Josée Blanchette à Tout le monde en parle. Elle a lu son livre portant sur l’industrie du cancer, et si elle souligne ce «cri du cœur qui va certainement aider le système de santé à évoluer», la journaliste de L’actualité s’inquiète de l’impact du discours rempli de contradictions de l’auteure.

Lien

Premières Nations

Dans les années 1970, seuls 2% des jeunes obtenaient leur diplôme à Bella Bella, une période trouble où le taux de suicide était alarmant. Trente ans plus tard, ils sont 85% à graduer et aucun jeune ne s’est enlevé la vie depuis 15 ans. Le Maclean’s s’est penché sur la manière dont cette communauté autochtone de Colombie-Britannique a sauvé ses jeunes en les reconnectant à leur territoire.

Lien

Avec la collaboration dÉmilie Folie-Boivin et Judith Oliver. 

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 16

Catégories

Afficher tout +