Suppléments

Nos Signets

Semaine du 3 avril 2017.

Nos Signets

Expérience

Pendant sa performance Rhythm 0, en 1974, l’artiste Marina Abramović s’est offerte au public, passive. Les spectateurs pouvaient faire ce qu’ils voulaient avec elle et les 72 objets mis à leur disposition, allant des fleurs au pistolet chargé. Après quelques heures, les interactions sont devenues plus brutales et déshumanisantes. Retour sur cette performance qui révèle le visage le plus sombre de la nature humaine. 

Lien (en)

Couleur

La génération Y s’est emparée du rose pour en faire une couleur neutre, n’en déplaise au marketing genré. «La nuance s’est surtout infiltrée dans la pop culture pour mieux réinventer les clichés sur les femmes. À l’heure où les collections neutres et unisexes se multiplient et où les mannequins trans sont les bienvenus sur les podiums, il s’agit désormais d’une couleur androgyne». La popularité du «Millenial Pink» est loin de s’essouffler. Un article de Libération, d’après le New York Magazine.

Lien (fr)

Humanitaire

«Le monde humanitaire est bien plus structuré qu'il y a 20 ans, les dons en nature sont devenus anachroniques» peut-on lire dans cet intéressant article de Slate.fr à propos de la collecte de fonds pour la Somalie de l'influenceur français Jérôme Jarre. Ou comment ce genre d'initiatives, aussi louables qu'elles soient, se heurte à la réalité de terrain.

Lien (fr)

Écoute

«On a tendance à penser qu’on devient plus lucide sur soi en se confessant. Mais il y a, de fait, plus intéressant et propice à la rédemption: il arrive souvent qu'on se comprenne mieux en écoutant les histoires des autres». Quelques conseils à propos des bienfaits multiples de la disposition à l’écoute.

Lien (en)

Présentation

Sur les réseaux sociaux, nous parlons de nous à diverses audiences. Mais notre personnalité n’est pas nécessairement fausse, rapporte le magazine 1843 de The Economist. «Le fait d’être observé nous rend conscients de notre public; nous avons tendance à exagérer lorsque l’on se produit devant un auditoire plus large.»

Lien (en)

Marathon

Dans les années 1960, les femmes n’avaient pas le droit de courir les marathons, sous prétexte que ça les rendrait infertiles et les masculiniserait. Aujourd’hui, elles sont même majoritaires à participer à des courses de fond. Tout ça, grâce à des pionnières, comme Kathrine Switzer qui fut la première femme à prendre part au marathon de Boston, et ce, dans l’adversité la plus totale. Pour souligner ce 50e anniversaire, elle prendra de nouveau part à ce marathon, dans une dizaine de jours. Radio-Canada revient sur le parcours exceptionnel de l’une des femmes qui a contribué à révolutionner la course au féminin.

Lien (fr)

Avec la collaboration d’Émilie Folie-Boivin et Judith Oliver. Pour nous suggérer des lectures et articles: redaction@atelier10.ca

— 
Pour recevoir cette rétrospective chaque dimanche par courriel: http://eepurl.com/bCQ8oL

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 16

Catégories

Afficher tout +