Suppléments

Nos Signets

Semaine du 14 décembre 2015.

Nos Signets

Six choses qui ont retenu notre attention, cette semaine. 

Santé mentale

Habiter dans une ville desservie par un bon réseau de transports en commun serait bénéfique pour la santé mentale, selon une étude italienne rapportée par le site CityLab. Et en particulier pour les femmes et les personnes âgées: en augmentant les possibilités d’interactions sociales, cela réduirait les risques de dépression, et les populations étudiées consommeraient moins d’antidépresseurs.

Lien

Lexique

Pourquoi l'expression «bon matin» serait-elle une plus grande entorse aux règles que l'expression «au niveau de»? Y a-t-il une hiérarchie des règles? Une fois qu'un terme a été classé comme «mauvais», comment fait-on pour qu'il ne soit plus utilisé? Un texte d'opinion à lire sur le site de Ricochet.

Lien

Identités

L’identité québécoise, sujet d’un documentaire diffusé sur les ondes de Télé Québec le 7 décembre, faisait parler d’elle dans l’hebdomadaire Courrier international cette semaine. Dans Crise d’identité, Bernard Dérome rencontre des acteurs de la culture québécoise—Louise Arbour, Marc Séguin, Robert Lepage, Elizabeth Plank, Dany Laferrière—, chacun donnant son avis sur les paradoxes qui nous constituent. Le documentaire est toujours disponible sur Youtube.

Lien

Médias

Influence Communication publie son bilan annuel de l’actualité. État de la nouvelle: Bilan 2015 analyse le travail des médias et identifie des tendances à partir de toutes les nouvelles qui ont été publiées ou diffusées au Québec entre le 1er janvier et le 7 décembre 2015. Cent-quatre-vingts pages d’infographies, de bilans, d’analyses où l’on apprend, entre autres, que 85% des nouvelles disparaissent le jour même de leur publication et que moins de 1% d'entre elles franchissent la barrière d’une semaine.

Lien

Santé mentale (prise 2)

Le temps des Fêtes peut être une lourde épreuve pour les gens atteints de dépression. Dans ce témoignage publié dans The Guardian, l’auteur raconte pourtant comment Noël lui a servi de tremplin pour retrouver la joie de vivre—ou du moins, l’aider à se sentir moins misérable.

Lien

Animal de compagnie

Au Nigeria, il n’y a rien de plus facile que de se procurer un perroquet comme animal de compagnie. Mais une question de taille subsiste: quelle langue doit-on lui enseigner? Dans un pays où il se parle plus de 500 dialectes, la barrière linguistique peut être un frein à l’intégration de ces beaux parleurs, pour lesquels la communication est une question de survie. Un intrigant texte du Wall Street Journal, traduit par Courrier international.

Lien

— 

Avec la collaboration d’Émilie Folie-Boivin et Judith Oliver.

Partager
Numéro courant
Nouveau Projet 13

Catégories

Afficher tout +